ECOLE  NATIONALE SUPERIEURE DE CHIMIE ET DE PHYSIQUE DE BORDEAUX

 

PROMOTION    LUTECIUM    1965

 

 

 


Chers amis,

nous avons transmis vos condoléances à la famille

La cérémonie était très émouvante

La famille digne dans l'épreuve

Je joins le texte largement inspiré par Gérard depuis Mexico et lu par François en notre nom à tous

Bien amicalement

Serge
serge.escaich@wanadoo.fr

 

 

A Marie-France, Valérie, Marc et François, à Julien et Caroline, à sa famille, à tous ses amis présents ici et présents par la pensée, Gérard depuis Mexico qui par ma voix t’interpelle : « Germain, mon vieil ami, mon frère.. ».

 

Nous avons tous le cœur serré.

 

Au printemps de cette année, nous avons fêté nos 40 ans d’amitié, c’était ainsi la reconnaissance d’une famille qui malgré les inévitables dispersions de la vie était restée fidèle aux idées folles et généreuses de nos 20 ans.

A l’automne de cette même année tu nous quittes, Germain.

 

Tu auras connu une vie bien pleine aussi nous allons garder de toi :

-le souvenir d’un passionné, ta vie professionnelle accomplit quasiment dans la même entreprise a été la preuve de ta compétence reconnue, patron, tu as ainsi révélé tes qualités humaines authentiques,

-le souvenir d’un Père exigeant mais chaleureux, tu étais tellement fier de tes enfants et petits enfants, ta voix changeait de timbre quand tu nous en parlais,

-le souvenir d’un joueur de rugby obstiné, voire hargneux qui, en digne toulousain dynamisait toute  l’équipe, tu as continué comme supporter averti et pédagogue à porter haut la flamme de l’ovale.

 

Germain tu étais à la fois : discret et direct, inquiet et impatient, mystique et secret mais surtout ta franchise sans faille, tout cela faisait de toi un ami incomparable.

 

Depuis quelque temps tu avais décidé de prendre le chemin de Compostelle, par étapes successives, oh ! pas par goût seulement de l’effort, à notre âge, n’est-ce pas  Germain, une certaine quête de la vérité s’impose à nous, tu ne t’es pas dérobé.

 

A nouveau je me fais l’interprète de Féfé , c’est lui qui t’écrit ces mots :

« nous avions beaucoup de choses à faire ensemble, beaucoup de choses à nous dire, tu avais beaucoup de projets à mener à bien, tes petits enfants à voir grandir, une épouse des enfants à voir vieillir …c’est trop tôt, c’est trop injuste. Nous ne t’oublierons pas.

 

AMIGO, HASTA LA VISTA, HASTA SIEMPRE ». 

 

Saint-Médard en Jalles, Jeudi 29 Septembre 2005

 

 

 

 

Je joins ici, après m'en être entretenu avec François, Féfé et Serge, le texte du message de Gérard à Germain et à François;

CR, Odeillo, le 3 Novembre 2005

 

François, j ai eu envie d ecrire a Germain - comme je le fais trop vite mon
message n est peut etre pas assez elabore pour etre lu tel quel , mais j ai
mis quelques references a son caractere , a nos parcours que tu pourras
considerer pour prendre la parole .... je suis moi aussi présent avec vous
saluts

Gérard

 

GERMAIN , mon vieil ami , mon frère -

Quand vendredi soir , Marie France m a dit ce qui venait de passer , je n ai
pas voulu le croire ... et en réalite , je ne le réalise pas encore - mais ,
ta famille et tous tes amis incrédules sont la , autour de toi pour te dire
" Au revoir ".... moi , de mon lointain Mexico , je veux aussi être a ton
cote pour cette " despedida " avec ce court message

Cette fin de semaine , cherchant photos et souvenirs je suis revenu 45 ans
en arriere , ....oui , 45 ans que nous usions nos pantalons deja uses sur
les bancs du lycée Pierre de Fermat a Toulouse ou avec beaucoup d efforts et
un peu de mérites propres nous cherchions le chemin de la " gloire " et nous
voulions maintenir vives toutes les illusions que nos pères avaient placées
en nous
L école de Chimie de Bordeaux , bien que nous sachant toulousains , reconnut
notre valeur et voulut de nous .... ainsi nous débarquâmes Place de la
Victoire
Ce fut le temps : d un étage exclusif a la Cite universitaire , des Solex
puis des 2CV ,du rugby , des trains aller-retour Bordeaux- Toulouse . Nous
apprenions beaucoup de choses inutiles mais importantes pour les examens ,
nous faisions et refaisions le monde des soirées entières , nous le mettions
( le monde ) en bouteille pour le boire et nous gagnions des amis pour la
vie
Nous t avons connu : explosif et enthousiaste , hargneux , obstine et
exigeant  , inquiet et impatient ,ambitieux et agressif mais aussi direct ,
franc , genereux et chaleureux , introverti , mystique et secret ... un
mélange qui faisait de toi un ami inséparable
Ensuite , le mariage avec Marie France , les enfants Valérie et puis Marc ,
le travail a Colora , les soucis ,les ennuis , les joies , les succès que ce
soit a Paris , tu te rappelles du soldat Germain Place Balard , a Toulouse ,
Saint Médard , ou , Mexico , nous n avons jamais perdu contact et nos
rencontres et retrouvailles étaient toujours de merveilleux moments
Si je suis aujourd'hui mexicain c est parce que , un jour tu m as donné les
coordonnées d un fabricant d encres qui a été à l origine de mon aventure
mexicaine et ton appui a été fondamental pour qu il ne me mette pas dans le
premier  avion de retour . Peut être , m as tu poussé a faire ce que ,
secrètement , tu avais aussi l envie de faire ?

J écris et je pleure , nous avions encore beaucoup de choses a nous dire et
a faire ensemble , tu avais beaucoup de projets a mener a bien , des
petit-enfants a voir grandir , une épouse et des enfants a voir vieillir
.... c est trop tôt , c est toujours injuste ... nous ne t oublierons pas

AMIGO , HASTA LA VISTA , HASTA SIEMPRE

FEFE

 

 

 


RENCONTRES MAI 2005 BORDEAUX

40ème ANNIVERSAIRE